Quand les travailleurs de l'ESAT numérisent des milliers de fichiers

L'ESAT (Etablissement et service d'aide par le travail) Trait d'Union, implanté à Rouffach, répond depuis de nombreuses années à des marchés publics par accompagner les 90 personnes en situation de handicap psychiques qui y travaillent. Depuis le début de l'année, l'atelier de numérisation collabore avec le conseil départemental. 
 
Capture décran 2020 11 27 à 14.16.46Depuis plus de trente ans, des personnes souffrant d'un handicap psychique retrouvent le chemin d'une activité professionnelle à travers les ateliers de l'ESAT Trait d'Union de Rouffach. Des ateliers de conditionnement, de mécanique, de soudure, de façonnage de cartons ou encore de broyage de plastique permettent aux 90 travailleurs de la structure de remettre le pied à l'étrier.
 
"Il s'agit d'adultes qui sont tombés malades à un moment de leur vie, mais qui avaient une vie dite ordinaire au préalable", souligne le directeur de l'établissement, Frédéric Seiler. Et d'ajouter :" Notre spécificité, comparé à d'autres ESAT, c'est que nous accueillons uniquement des personnes atteintes de maladies psychiques. Pour la plupart, il s'agit de schizophrénie ou de bipolarité. Depuis quelques années, les troubles associés, de type burn-out, sont aussi présents."
 
 
 Des marchés pour les travailleurs diplômés
 
Parmi ces travailleurs, certains ont un cursus scolaire et/ou professionnel accompli. Pour eux, des tâches purement manuelles ne correspondent pas à leurs compétences. Ainsi, depuis 2008, un atelier tertiaire a ouvert ses portes, notamment avec de la correction de copies. "Nous avons travaillé dans ce domaine avec l'Afpa, un organisme de formation, jusqu'en 2001", rappelle le directeur. Une activité qui a pris fin avec la digitalisation et les cours en ligne. "Nous avons dû trouver d'autres marchés qui correspondent à nos travailleurs diplômés. Nous nous sommes alors ouverts à l'informatique", mentionne Frédéric Seiler.Capture décran 2020 11 27 à 14.17.03
C'est en 2010 que l'ESAT a décroché son premier marché public en la matière, auprès du conseil départemental du Haut-Rhin, et plus particulièrement de la MDPH (maison départementale des personnes handicapées). Objectif : dématérialiser chaque courrier reçu par ce service, pour ensuite le transmettre en version numérique aux destinataires. " A cette époque, le travail était réalisé chez le client, qui disposait de tout le matériel nécessaire. Puis nous avons décidé de nous spécialiser dans ce type de travail. L'ESAT a investi dans des ordinateurs, des scanners, qui nous permettent désormais de réaliser ces tâches en interne et de répondre à d'autres marchés", développe le directeur.
"Nous enregistrons une forte demande pour cet atelier tertiaire. Pour répondre aux besoins, nous avons formé huit travailleurs de l'ESAT", mentionne Antoine Cescutti, le directeur adjoint. Même si la demande est forte, pas question pour l'encadrement de faire peser la moindre pression sur les travailleurs. "Les mots cadentce et temps n'existent pas chez nous. Ce serait contre-productif pour nos travailleurs qui ont besoin de réaliser leurs tâches sereinement", insiste-il.
 
 
Dépolluer avant de numériser
 
Capture décran 2020 11 27 à 14.16.55Depuis le début de l'année, ce sont pourtant des camions emplis de cartons qui défilent à l'ESAT. "Nous avons décroché un nouveau marché public auprès du conseil départemental, comprenant trois lots : la numérisation du fonds, qui sont des archives vivantes de dossiers, la numérisation du courrier entrant et le numérisation du service RSA", "énumère-t-il. Chaque jour, un coursier dépose des dizaines de courriers à traiter et, une fois par mois, près de 500 dossiers du fonds, soit un million de pages à numériser, doivent être pris en charge.
Huit travailleurs se relaient ainsi derrière les quatre postes informatiques pour dématérialiser ces tonnes de papiers. "Avant de débuter, il faut dépolluer les documents, explique l'une des travailleuses. C'est à dire qu'il faut retirer les agrafes, les trombones, mettre les documents dans le même sens, pour simplifier la numérisation qui intervient ensuite." Puis, à l'aide d'un tableau sur lequel s'alignent des codes, les fichiers sont transmis, via un serveur crypté et sécurisé aux divers services du conseil départemental. "Ce marché devrait durer environ deux ans", précise Antoine Cescutti.
 
 
 Réintégrer le monde du travail ordinaire
Parmi les huit travailleurs de l'atelier tertiaire de l'ESAT Trait d'Union, Eric, 52 ans, envisage de pouvoir enfin réintégrer le monde du travail dit "ordinaire". "J'ai rejoint l'ESAT en 2005. Cela fait dix ans que je fais de la numérisation, notamment à la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées)". Il a aussi collaboré avec Suez, la CPAM la préfecture, depuis son arrivée à l'ESAT de Rouffach.
Aujourd'hui, il se dit prêt à rejoindre une entreprise. "Il ne faut pas oublier que c'est le but de l'ESAT, souligne Antoine Cescutti, le directeur adjoint. La plus belle réussite, pour nous, c'est que nos travailleurs puissent voler de leurs propres ailes". Eric, avant le diagnostic de sa maladie, a travaillé dans des théâtres. "J'ai été responsable du pôle billetterie dans un théâtre parisien, puis en charge du service abonné dans une salle strasbourgeoise", détaille-t-il.
Avec l'obtention de sa validation des acquis d'employé administratif et d'accueil, il recherche aujourd'hui activement un emploi. "Je n'ai jamais vu quelqu'un envoyer autant de CV, se réjouit Antoine Cescutti. La seule chose qui lui manque, c'est une place chez un client". 
 
 Capture décran 2020 11 27 à 14.17.16Capture décran 2020 11 27 à 14.18.03
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 Audrey NOWAZYK - Journalise l'Alsace - article paru le Vendredi 27 novembre 2020
 
 

Siège social

Santé Mentale Alsace - 14 Rue Manfred Behr - Zone industrielle Est - 68250 Rouffach
Tél : 03 89 49 50 45 / Fax : 03 89 49 58 89
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

L'association Santé Mentale Alsace est exclusivement au service des personnes handicapées psychiques et de leurs proches.